31 mai 2014 – Presse : Agression de deux militants syndicaux et politiques à Rouen

Samedi 31 Mai, deux jeunes militants syndicaux et politiques ont violemment été agressés par une dizaine d’individus identifiés comme appartenant à un groupuscule d’extrême droite. Ce lynchage, en plein centre ville de Rouen, ont fait deux blessés dont l’un est à l’heure actuelle toujours hospitalisé.

Ces trois étudiants ont été délibérement agressés du fait de leurs engagements et opinions politiques. Cet évènement n’est pas un acte isolé puisqu’il est à ajouter à la triste liste des nombreuses agressions dont ont été victimes les militants syndicaux et politiques tout au long de l’année universitaire. En effet, en octobre dernier, une militante de l’UNEF a été frappé à plusieurs reprises par des militants d’extrême droite. De même, en Fevrier dernier, un jeune étudiant adhérent à l’UNEF a été tabassé au sein même de l’Université Lyon 3 par des individus appartenant au GUD. Une plainte avait alors été déposé afin de réclamé la dissolution de cette organisation.

Localement, cette agression survient peu de temps après la manifestation contre la venue de Marine Le Pen au Havre. Les résultats du Front National aux élections européennes avaient entraîné des manifestations des jeunes contre le parti frontiste le 29 Mai dernier. Des menaces et insultes avaient alors été proférées sur les réseaux sociaux à l’égard des militants progressistes.

Il n’est pas acceptable d’être aujourd’hui menacé, intimidé et violenté du fait de son engagement politique ou syndical. L’ UNEF, résolument engagée dans la lutte pour l’égalité de tous et contre l’extrême droite, ne saurait accepter des agissements provenant de groupes voulant instaurer un climat de terreur et de haine pour faire entendre leur message xénophobe, sexiste et homophobe.

Les sections UNEF du Havre et de Rouen apportent leur soutien entier aux jeunes agressés et prendront part à toute initiative ayant pour but de promouvoir la solidarité, et l’amitié entre les peuples, et ce en réponse à la haine diffusée par l’extrême droite.

L’UNEF demande que toute la lumière soit faite sur cette agression et que les auteurs soient traduits devant la justice.

Il appartient aux pouvoir publics de s’assurer de la sécurité des militants syndicaux et politiques. Il convient donc de prendre toutes les mesures jugées nécessaires pour éviter une succesion d’évènements de ce genre.

L’UNEF appelle tous les jeunes à rester mobilisés, à ne pas céder face aux intimidations et à faire rempart à l’extrême droite.

           Les sections locales du Havre et de Rouen

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *